Les populismes ordinaires

populisme

Populiste”, c’est ce nouvel attribut assigné aux tribuns qui semble presque servir d’invective à l’encontre de ceux qui ont du succès en politique : Jean-Marie Le Pen ? Populiste, ça ne fait aucun doute. Marine Le Pen ? Oui, elle est populiste, et même plus que son père ! Jean-Luc Mélenchon a lui aussi, semble-t-il, tenu des discours populistes. François Hollande ?

Le populisme est devenu la critique simple adressée à tout politique rassemblant dans son discours xénophobie et/ou ressentiment à l’égard des élites, dénonciation du déclassement social et promesse de baisse des impôts. Seulement, si les discours populistes contiennent tout ou partie de ces éléments, que penser de Nicolas Sarkozy, George W. Bush ou encore Tony Blair ? Un populiste serait-il juste un politicien qui réussit mais que l’on n’apprécie pas ? Lire la suite

Politique et sociologie

La sociologie est une science molle. Elle aura beau se parer de statistiques et de coefficients pour tenter d’écarter cet épithète, il n’en reste pas moins qu’elle se base sur du matériau humain pour se constituer. Et l’humain n’est pas rationnel. Même dans le vote.

Nos convictions, nos valeurs, nos conditions sociales, voilà entre autres ce qui nous fait voter en faveur d’un candidat, pour peu que ce dernier entre en cohérence avec elles. Aussi l’analyse chiffrée des votes doit s’aider des logiques humaines qui ont motivé ces votes pour les expliquer. Sans quoi on ne comprend pas. Lire la suite

Daech et la tentation identitaire

Blue, white and red brassieres, the colours of the French national flag, hang from a balcony in Marseille

Nous sommes en guerre. Il suffit de porter un regard sur les déclarations du chef de l’Etat et sur les réactions des français pour comprendre que la France est bien entrée en guerre. Cette situation fait naître en nous une énergie, une soif de revanche, une envie de crier « nous ne nous laisserons pas faire » et de défendre nos idéaux.

Seulement, il ne faut pas se tromper d’ennemi. La France ne doit pas rentrer dans une guerre civile, ni une guerre des civilisations. Toute réaction identitaire amènerait à une exclusion de l’autre, ce qui créerait les conditions du chaos désiré par Daech. La France en guerre, mais contre qui ? Lire la suite